RECHERCHES

============

Afin d’améliorer l’état de santé du patient, l’auteur a commencé des recherches sur la goutte.

On sait que la goutte est due à une irrégularité dans le métabolisme des protéines.

Le métabolisme des protéines se fait en 3 étapes en utilisant l’enzyme xanthine oxidase pour

finalement produire  de l’acide urique:

Purine             (C5H4N4)      +  Xanthine Oxidase >>

Hypoxanthine (C5H4N4O)   +  Xanthine Oxidase >>

Xanthine         (C5H4N4O2) +  Xanthine Oxidase >>

Acide urique   C5H4N4O3

Par hasard, la recherche a mis en évidence les deux constatations suivantes:

a)      Les habitants d’une région en Russie, atteints de douleurs similaires aux symptomes de la goutte, ont des douleurs plus fréquentes èvaluées à plus de 20 fois la norme. Cela est dû a un pourcentage  élevé de molybdène dans le sol.

b)      On sait qu’une seule ingéstion (relativement grande) de molybdène  peut provoquer  immé-diatement une attaque vigoreuse présentant les caractéristiques de la goutte.

Ces deux constats laissent supposer que les douleurs persistantes étaient dû à une trop grande quantité  de molybdène dans les aliments.

Pour tester cette hypothèse on a – durant deux mois – réduit le pourcentage de protéines dans les

aliments à un minimum.

Résultat: Les douleurs se poursuivaient.

Conclusion: La cause des douleurs n’était pas un niveau élevé de molybdène!

Pourtant, il existe des éléments qui provoquent des réactions identiques  n’importe la quantité

ajoutée est  très petite ou rélativement grande, par exemple le potassium.