RESULTAT

=========

Une semaine plus tard, une sensation de soulagement a été ressentie au niveau du genou.
La tension et la vigilence se sont estompées, pas de douleurs et 100% de mobilité!

L’auteur a arreté l’allopurinol mais l’ingéstion de molybdène se poursuivait de temps en temps.
Les symptômes de la goutte ne se sont plus manifestés jusqu’à ce jour, le 5 décembre 2006.

L’auteur prétend, au regard de cette expérience, que le cas de goutte a été provoqué par un niveau de molybdène trop bas dans l’organisme.

Ce constat est-il valable pour ce patient, ou cette même procédure serait-elle valable pour d’autre personnes affectées par ces symptômes?

Pour obtenir une réponse à cette question, les résultats obtenus ont été communiqués a plusieurs
personnes souffrantes de Arthritis urica.

Durant la période 1998 – 2006 plus de 50 cas correctement diagnostiqués (des hommes souffrants durant 1 – 20 ans) ont été normalisés en employant la même procédure